Jamie Bradbury - Between Camps

Between Camps (Entre les camps) Le questionnement identitaire de Jamie Bradbury s’enracine dans son histoire familiale. D’apparence typiquement caucasienne, Jamie est pourtant né d’une mère jamaïcaine. Il embrasse et s’identifie à cette culture. Pourtant, quelque chose résiste et lui rappelle constamment sa différence...

De façon très personnelle, Jamie Bradbury explore donc les thèmes de la mondialisation et du multiculturalisme, réexaminant au passage nos préjugés. La diversification culturelle de villes comme Londres, New York et Toronto crée des liens neufs et intéressants entre des modes de vie qui semblent souvent aux antipodes.

L’artiste renégocie les frontières de ces espaces, tant psychologiques que physiques, où se forment soi et l’autre. Il met l’accent sur la relation constante d’attraction/pression qui s’exerce entre ces deux « espaces habités ». Droits, privilèges, dénis et hypocrisies potentiels se révèlent ainsi, forçant la mise en question.

Jamie Bradbury, basé à Londres (GB) depuis 2009, est un artiste né au Canada dont les œuvres explorent principalement la race, la mondialisation et le multiculturalisme à travers le dessin, la peinture, les installations sculpturales et l’écriture. Il se sert souvent de son ascendance jamaïcaine/irlandaise pour scruter et souligner les intersections et les superpositions de ces sujets, tout en citant la théorie de la double conscience de W.E.B. Du Bois comme source importante pour l’évolution de son travail. Il a obtenu sa maîtrise en beaux-arts du programme Central Saint Martin à Londres (GB) en 2010 tandis que ses œuvres étaient exposées au Canada et en Europe dans le cadre d’expositions et de foires comme Arte Fiera (Italie), Santorini Biennale (Grèce), AACDD Festival (Londres) et Art Toronto.

Les œuvres de Jamie ont été présentées dans des publications et des médias comme Canadian Art, Garageland (GB), Bravo TV, CBC News et Pineapple Dance Studios de Sky1 (GB). Ses œuvres font partie de collections publiques et privées comme celles du Musée du portrait du Canada. Il a récemment été en nomination pour le Jerwood Prize de Photoworks. Plus tard cette année, il prendra part à la conférence « Images of Whiteness » à l’Université Oxford (GB) et bénéficiera d’une résidence à Atina, Italie.

GalerieYoun