Jay Dart - Bienvenue à Audelabaille

Jay Dart est un artiste qui se concentre principalement sur le dessin, mais a récemment commencé à créer des installations fondées sur ses œuvres narratives en deux dimensions. Il est diplômé du programme de beaux-arts de l’Université de Guelph. Ses plus récentes expositions en solo comprennent Bienvenue à Audelabaille, à la Galerie Youn, à Montréal (2015) ; Wanderer of Yawnder (revisited) à la Line Gallery, à North Bay (2014) ; Plus loin Làbaille à la Galerie Youn, à Montréal (2013) ; et The Wanderers à l’Atelier 688, à Toronto (2010). Ses œuvres ont aussi été exposées lors de Fictionary à la Station Gallery, à Whitby (2012) ; de Paths à l’Artists’ and Artisans’ Gallery de Canmore (2011) ; et récemment lors de Papier 15 (Montréal), de la foire Affordable Art Fair (New York), de la foire Love Art Fair (Toronto) et de la foire The 100 Euro/Dollar Show (Amsterdam/Portland). Sa première exposition muséale en solo aura lieu à l’automne 2016 à la Robert McLaughlin Gallery d’Oshawa. En 2013, Jay a publié à compte d’auteur un livre illustré en édition limitée, intitulé Wanderer of Yawnder. Il a obtenu des subventions du Conseil des arts de l’Ontario (2012 et 2014). Jay vit et dessine à Ashburn, Ontario (alias Làbaille).

Bienvenue à Audelabaille

Depuis quelques années, je travaille sur une série de dessins portant sur les nomades de lieux fictifs appelés Làbaille et Ailleurs pour représenter mon propre processus créatif.Chaque dessin dans cette série ajoute un élément dans une narration en évolution au sujet de la nature mystique de l’inspiration, de la recherche pour la création innovatrice et de la dissémination des idées.Je cherche à dessiner des allégories pour ces thèmes ainsi que pour les défis et les occasions que les nouvelles technologies comme l’infonuagique, les réseaux sociaux et la communauté mondiale de l’Internet offrent aux créateurs contemporains.J’utilise aussi les modes qui traversent la culture contemporaine, des barbes aux bûcherons en passant par la décoration intérieure faite soi-même, pour contribuer à l’exploration de la façon dont les tendances et les idées peuvent surgir à l’avant-plan de notre culture comme résultat de notre société de plus en plus interconnectée.

Des portraits anciens de pêcheurs, de chasseurs, de bûcherons et de ceux qui cheminent jusqu’aux frontières donnent naissance à plusieurs de mes œuvres.Toutefois, comme les sujets de mes compositions errent à travers l’étendue sans horizon de la page blanche, ils rencontrent une nature fantaisiste avec des lumières de Làbaille, des nuages d’aïeux, des barbes magiques mystérieuses et des arbres geists.Le terme « geist », défini comme étant l’esprit d’une personne, est utilisé pour décrire les éclats de couleur dans mes dessins, car ils sont l’esprit des idées d’un individu.

 Mon premier livre illustré, Wanderer of Yander, publié en 2013, raconte la première partie de cette histoire, dans laquelle je continue de puiser.Les dessins de ce livre sont des reprises d’œuvres originales déjà exposées, tandis que le texte vient de Jiggs, mon alter ego et le personnage principal de ce récit en évolution.L’histoire commence quand Jiggs découvre les lumières dans le ciel de Làbaille, qu’il construit une très grande échelle pour aller les repêcher dans le ciel, réalise qu’il s’agit de geists et qu’inspiré, il proclame sa première invention : la barbe magique mystérieuse.Bientôt, d’autres nomades tombent sur cette même source d’inspiration et il découvre que ses barbes n’étaient pas, après tout, si originales.Il doit donc creuser plus profondément pour créer quelque chose de vraiment unique.

Je continue d’exposer des dessins qui révèlent le prochain chapitre de l’histoire, alors que je tente d’élucider une nouvelle étape du processus créatif : la communication.Bien que je perçoive l’expérience de l’inspiration comme un processus privé dans lequel la digestion interne des influences externes se produit et façonne de nouvelles idées, pour communiquer ces idées, il faut les rendre tangibles et les partager avec d’autres.C’est ainsi que de nouveaux personnages sont apparus, qui découvrent les créations de Jiggs et jouent un rôle dans leur diffusion.Tandis que ces personnages nomades suivent Jiggs à Làbaille, nous les voyons abattre les arbres massifs qui ont poussé lorsqu’il a enterré ses barbes geists, et les manœuvrer dans le courant du cours d’eau principal pour les apporter vers Ailleurs.Ils hissent aussi ces arbres geists dans les montagnes pour atteindre les aïeules géantes, qui servent de gardiennes des endroits les plus recherchés.Pendant ce temps, Jiggs trouve un « port » menant à un monde mystérieux. Il a maintenant pénétré dans Audelàbaille, un endroit comme aucun autre, où un croquis peut vous emmener faire un tour et où les concepts deviennent des monuments.

Comme Krieghoff et le Groupe des 7 se sont aventurés dans la nature sauvage canadienne pour présenter des paysages comme ils n’en avaient jamais vu auparavant, je tente d’offrir des découvertes des frontières de l’arrière-pays inexploré de mon esprit.Le voyage est à la fois intimidant et excitant, tandis que je confronte les idées les plus complexes comme les plus élémentaires qui me viennent.J’espère aussi pouvoir tisser des liens avec d’autres créateurs qui pourraient reconnaître des parties du labyrinthe de mon paysage intérieur et je cherche à faire la lumière sur la nature insaisissable de l’art, d’une façon que mes enfants pourront comprendre.

https://vimeo.com/139502529

GalerieYoun