Vincent London - Cut Out

Vincent London, de Montreal, base sa pratique picturale dans des décalages d’idées et d’images aléatoires. Un modus operandi bohème qu’il retranscrit par la peinture. Avec une technique près de l’expressionnisme, dans de riches textures granuleuses d’empâtement à l’huile, il fait émerger les situations ou les personnages de manière inattendue. De petits formats, dans lesquels il tronçonne la composition pour que l’observateur mémorise les éléments clés de l’œuvre. La relation qui existe entre des voitures qui explosent et des hommes en pleine chorégraphie (par exemple) reste un mystère. Car il n’y a pas d’explication définitive. Il exprime ce qui est inconcevable dans une nouvelle réalité poétique, en exhibant le caractère instable de l’existence, là où peut naître une hostilité primitive et saugrenue. Dans cet univers d’oxymores picturaux, le spectateur sera interpellé par l’étrange familiarité des scènes ainsi montrées, suscitant surprise et consternation. https://vimeo.com/168566005

Pour sa nouvelle exposition, Vincent London repousse les limites de son imagerie en revêtant désormais un caractère plus stylisé et onirique. La confrontation entre le familier et l’inconnu est accentuée dans cette déroute « d’écran » noir où la perspective effacée amène l’arrière-plan à se fondre au « décor » dans une lueur fantomatique de scènes pittoresques ou d’intérieurs. Dans ses espaces temporels instables où la gravité est parfois altérée, le spectateur voyeur pourra focaliser sur les éléments figuratifs peints, comme des formes géométriques vibrantes, qui flottent parsemées en périphérie de corps pour la plupart féminins adoptant des poses suggestives, ou du moins séductrices. Mais une tout autre appréhension de ces sphères de beauté ainsi désincarnées a pour effet de nous faire prendre un recul significatif par rapport à ce qui a été et à ce qui, désormais, n’est plus. « Cut Out » est l’avenue que Vincent London emprunte pour juxtaposer l’assemblage d’idées de plusieurs parties indépendantes (découpage de magazines), de lieux, de personnages, d’objets, retranscrit par la technique de la peinture à l’huile.

Les œuvres de London l’ont amené partout au Québec ainsi qu’en Ontario, où il a pris part à une exposition collective du Musée royal de l’Ontario en 2011.

GalerieYoun