Erin Loree - Devenir Ciel

Née en 1988, Erin Loree a étudié à l’Université de l’École d’art et de design de l’Ontario (2012), tant au campus de Toronto qu’à celui de Florence, avant de partir pour une résidence de trois mois au Sachaqa Art Center (Pérou).Elle a été lauréate de nombreux prix et bourses, notamment la médaille de l’ÉADO pour le dessin et la peinture (2012), le prix Nora E. Vaughan (2012) et le prix commémoratif Karl Heinz (2010).Elle a également obtenu la subvention Artistes visuels émergents du Conseil des arts de l’Ontario (2015).Ses œuvres ont été exposés à Toronto, à Montréal et dans le contexte de plusieurs salons, notamment Art Toronto, Love Art Fair (Toronto) et SCOPE Miami Beach.Erin Loree vit et travaille au centre-ville de Toronto. Devenir Ciel

Les toiles de Devenir ciel sont inspirées de mes expériences dans la jungle amazonienne du Pérou.Dans le paradis enchevêtré de la forêt pluviale, j’ai eu l’occasion de vraiment observer les cycles et les rythmes du monde naturel et, ce faisant, j’ai commencé à comprendre comment ils reflètent mes processus internes.Tout ce qui nous entoure et tout ce qui est en nous est constamment en train de devenir, de naître et de mourir, de prendre de l’expansion et de se contracter.Je suis fascinée par le caractère fugace de la nature et par sa capacité à nous rappeler la transformation constante qui se produit en nous. C’est par le processus de la peinture que je cherche à approfondir les couches de l’existence humaine alors qu’elles reflètent les méthodes résilientes et mystérieuses de la nature.

Je travaille de façon intuitive et expressive, avec de la peinture à l’huile sur toile et panneau, en combinant des dégradés multicolores et des marques larges et viscérales, créant ce qui peut souvent être perçu comme des formes humaines ou fantomatiques et des phénomènes naturels anthropomorphiques.Les couches superposées de peinture permettent aux coups de pinceau de s’entre-tisser, donnant à la toile une forme quasi sculpturale.L’œuvre ressemble inévitablement à une chose en cours de transition ou de métamorphose, alors que la peinture semble fondre et se replier sur elle-même.Si j’utilise la peinture pour créer des images statiques, je l’applique de façon à suggérer des formes fluides, en changement constant.Comme je travaille sans référence, chaque marque dicte la suivante et le processus devient une série de risques à prendre et de problèmes à régler.Cela permet à l’œuvre de prendre vie et d’évoluer selon ses besoins.Je cherche à vivre une relation durable et interactive avec le matériau tout en permettant à l’imagerie de mes expériences personnelles de se manifester dans l’œuvre.

https://vimeo.com/128386624

GalerieYoun