Megan MacDonald - Lux

Dans cette plus récente série, MacDonald a remplacé ses sujets par des doubles en porcelaine, ce que rendent évident leurs yeux vitreux et leurs corps réfléchissants, qui habitent la scène et sont pourtant aussi vides que présents.Pour MacDonald, les créatures de porcelaine existent juste à l’extérieur de la réalité, créant une tension dans une façade presque sans défaut.LUX, qui renvoie particulièrement au mouvement luministe au sein de l’école de l’Hudson, offre une parodie de l’utilisation de la lumière, dans cette école, pour signifier le divin.Des projecteurs et des environnements lumineux sont utilisés comme outils pour élever les figurines de porcelaine éminemment kitsch à une position de valeur et d’importance, ce qui rend leur présence emblématique. C’est cet acte de création et de rupture subtile qui intrigue MacDonald, qui se sert de ses interventions ludiques pour représenter sa propre position complexe au sein de l’histoire de la peinture. https://www.youtube.com/watch?v=sjM6OS07Sy8

GalerieYoun